Dimanche 14 juillet, à 11 heures => commémoration de la Fête Nationale à Saint-Julien-de-Coppel

Dimanche 14 juillet à Saint-Julien-de-Coppel

Dimanche 14 juillet, à 11 heures, autour du monument aux Morts et des symboles républicains que sont La Marseillaise, les drapeaux tricolores, le coq gaulois, nous commémorerons la fête nationale en France.

Cette journée a été choisie en juillet 1880 par le gouvernement de l’époque. … Elle commémore deux dates : la Prise de la Bastille, par les Parisiens révoltés le 14 juillet 1789, et la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790, qui célébrait le premier anniversaire

La municipalité servira aux personnes présentes un verre républicain.

 

=> 14 juillet férié

Un décret du 6 juillet 1880 instaure un défilé militaire que l’on connaît encore aujourd’hui. Cet événement doit alors effacer le souvenir de la défaite militaire subie pendant la guerre de 1870, la perte de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine au profit de l’Empire allemand, et fortifier la République qui n’a pas encore dix ans. La première édition du défilé militaire a lieu à l’hippodrome de Longchamp, où il restera jusqu’en 1914. Le défilé du 14 juillet va ensuite perdurer et devenir un incontournable de la fête nationale.

Mais la loi de 1880 installe aussi le 14 juillet comme jour férié. L’idée est alors de donner une journée non travaillée aux Français pour participer aux commémorations, mais aussi écouter leur président. Dès le 14 juillet 1880, à  12h30, les canons du Mont-Valérien tonnent au-dessus de la Seine avant de se taire pour un discours du président de la République, Jules Grévy. Le Petit journal s’extasie devant un « magnifique spectacle […] que le soleil de juillet illuminait de ses plus radieuses clartés », évoquant « un vivant symbole d’union entre ces deux forces trop longtemps séparées, l’armée et la nation ». Le journal populaire continue : « A l’émotion profonde, indicible, qui a tenu pendant vingt minutes, cent milles poitrines haletantes, on peut affirmer que pour cette foule qui se pressait autour des régiments massés, la remise des drapeaux revêtait sa signification vraie : la reconstitution de la France, la reconstitution de son armée nationale, s’affirmant enfin à la face du pays ».